Actualités

Des larmes et des compliments

« Je ne vais pas sur les plateaux télé pour passer inaperçu, j’y vais justement pour faire le buzz. »

 

Actuellement chouchou des médias en France comme au Grand-Duché, le Luxembourgeois Dylan Thiry se confie au Lux by Night sur son parcours dans la célèbre émission de télé-réalité Koh Lanta et sur ses projets à venir. Rencontre.

 

Bonjour Dylan. On ne te présente plus : tu es mannequin mais plus encore une véritable vedette depuis ta participation à l’émission de téléréalité Koh Lanta, diffusée sur TF1. Pour ceux qui ne regardent pas la télévision française, comment leur résumerais-tu l’émission Koh Lanta ?

Koh Lanta est une aventure de survie qui se déroule dans la jungle, au cours de laquelle tous les participants doivent se débrouiller par leurs propres moyens. Tous les deux jours, un participant se fait éliminer, et c’est l’équipe du participant qui décide de son élimination, du moins pour les épreuves dites d’ « immunité ». En résumé, Koh Lanta, c’est de l’aventure, de la stratégie, du mental et de la condition sportive, ce qui fait que c’est très difficile !

 

Comment as-tu atterri dans l’émission ?

C’est une chance extraordinaire, quand tu penses qu’il y a 300.000 candidatures par an… En quinze ans d’émission, jamais un Luxembourgeois n’y avait participé ; je pense donc que cela a joué un rôle majeur. A côté de cela, je dois avouer que cela faisait un moment que toutes les émissions de télé-réalité françaises cherchaient à m’enrôler, que ce soit les Princes de l’Amour ou Les Anges, et j’ai toujours refusé, leur préférant Koh Lanta. Et comme les casteurs se connaissent, mon nom a fini par atterrir au sein de la prod de Koh Lanta. Lorsqu’ils m’ont eu au téléphone, ils ont accroché directement ! Je suis le coup de cœur d’Alexia Laroche-Joubert, influente productrice de télévision !

 

Comment s’est déroulé le casting ?

Six mois de casting, et ce, à raison d’un rendez-vous toutes les deux semaines, ça a été très long ! Il y a eu des tests sportifs, psychologiques, de santé… Le plus dur, c’est l’attente entre deux rendez-vous, ça fait cogiter.

Comment qualifierais-tu ton parcours dans la dernière émission de Koh Lanta, le « Combat des héros » ?

Ce fut une très belle aventure. 7 épisodes sur les 11, je ne suis pas mécontent de mes prestations, même si j’avais, bien sûr, soif de victoire. Je suis parti avec un gros handicap, puisque j’ai été le seul « ancien » à avoir été sélectionné pour une édition spéciale, alors que j’avais été éliminé dans le premier épisode de la 17e saison. Pourtant, mon nom n’a jamais circulé au Conseil (NDLR : le « Conseil » statue sur les éliminations), car ma stratégie était très au point ; j’ai manipulé tous les participants avec brio. J’ai un mental d’acier, et c’est ce qui me différencie principalement des autres candidats.

 

Comment s’est passée ton élimination ? Des regrets ?

Non, je n’ai vraiment aucun regret, parce que je me suis donné à 100% dans cette aventure. Chaque année, il y a une belle sortie, et cette fois-ci, ça a été la mienne. Très sincèrement, je suis parti avec des larmes et des compliments, tout les participants étaient tristes de me voir quitter l’aventure.

 

Tu as quand même raté l’épreuve d’immunité…

Oui, mais c’est le destin. Ce qui compte, c’est de faire le bilan de l’aventure. Ce bilan, il est positif, car j’ai aujourd’hui une très belle image, je suis bien vu de la prod de TF1, j’ai une avalanche de messages positifs sur les réseaux sociaux… Que demander de plus ?

 

Quels ont été pour toi les meilleurs et les pires moments de ton périple ?

Le meilleur moment, c’est lorsque je remporte la première épreuve individuelle, les « cochons pendus », une épreuve très difficile, et que je deviens chef d’équipe. Le pire moment, c’est lorsque je rejoins l’équipe des Jaunes, c’est-à-dire que je me retrouve contre Yassin - qui est pourtant mon seul ami, et que nous perdons toutes les épreuves.

 

Tu as été invité à plusieurs reprises sur C8 dans l’émission Touche pas à mon Poste, il y a quelques semaines, précisément pour revenir sur tes performances dans Koh Lanta… Une nouvelle apparition télévisuelle qui n’a pas manqué de faire réagir la presse et les internautes…

Je ne vais pas sur les plateaux télé pour passer inaperçu, j’y vais justement pour faire le buzz. Les téléspectateurs, il faut leur donner à manger. Jamais un gars n’avait fait l’intégralité du plateau de TPMP, c’est maintenant chose faite. Cyril (NDLR : Cyril Hanouna, le producteur de TPMP) sait très bien ce qu’il fait, il sait que je fais beaucoup d’audimat, alors il m’a même réinvité. Mon agente m’a dit récemment : « Dylan, dans la télé-réalité, il y a toi, et, à côté, il y a tous les autres ».

 

Donc, tu confirmes tes dires dans cette interview concernant ton cachet de 27.000 euros pour ta participation à Koh Lanta ?

Bien sûr, je persiste et signe, car c’est la vérité. J’avais déjà signé auprès de la Villa des cœurs brisés 2, donc Alexia Laroche-Joubert a racheté les droits sur ma participation à cette émission, montant qui vient s’additionner aux 7.000 euros de participation que reçoit chaque candidat. Je suis ainsi de loin le participant le mieux payé de Koh Lanta.

 

Te considères-tu au final comme un aventurier ou comme un acteur ?

J’estime être les deux. Maintenant, je suis quand même avant tout un aventurier dans l’âme. A la base, j’ai quand même fait l’armée.

 

Sans transition : Quels sont tes projets à court et moyen termes ?

J’aimerais poursuivre à la fois la télévision et la mode. Un peu tout m’intéresse à la télé, que ce soit être candidat de télé-réalité, chroniqueur ou animateur. Je vais aussi tout faire pour devenir Mister Luxembourg… et pourquoi pas dans la foulée Mister Univers. A côté de cela, j’aimerais mettre à profit ma notoriété pour faire de l’humanitaire, car l’humanitaire est à mes yeux une grande et vraie cause.

 

Portrait chinois

 

Si tu étais une heure de la journée, tu serais ?

Minuit

Si tu étais un parc d’attraction, tu serais ?

La Schueberfouer

Si tu étais une marque de vêtement, tu serais ?

Balmain

Si tu étais un alcool, tu serais ?

Je ne bois pas d’alcool

Si tu étais un magazine, tu serais ?

GQ

Si tu étais un jeu de société, tu serais ?

Les échecs

Si tu étais une température extérieure, tu serais ?

30°C

Si tu étais un athlète, tu serais ?

Usain Bolt

Si tu étais un des 5 sens, tu serais ?

Le toucher

Si tu étais un groupe de musique, tu serais ?

92i